Manga

Le Parfum


Sommaire

Introduction et guide

Séries longuesSéries courtes
  1. Alice in Murderland 架刑のアリス  8. Boy's Next Door 少年残像
  2. Angel Sanctuary 天使禁猟区  9. Camelot Garden キャメロット・ガーデン
        • OAV10. Contes Cruels, Les 残酷な童話たち
        • Sidetalk11. Gravel Kingdom 砂礫王国
  3. Comte Cain / God Child 伯爵カインシリーズ12. Kaine 戒音
  4. Devil's Lost Soul 異域之鬼13. Neji 螺子
  5. Fairy Cube 妖精標本(フェアリー キューブ)14. Parfum, Le 0の奏香師
  6. Ludwig Revolution / Fantasy ルードヴィッヒ革命15. Psycho Knocker サイコノッカー
  7. The Royal Doll Orchestra 人形宮廷楽団16. Vampire Host 夜型愛人専門店-ブラッドハウンド
        • Sidetalk        • Série TV
 17. One-shots : Anciens / Parasite

Voir aussi

   1. Couvertures : les couvertures à travers le monde
   2. Dojinshi 同人誌 : ses oeuvres amateur
   3. Inspirations
   4. Meine Liebe マイネリーベ : otome game et série dont elle est le character designer
   5. Artbook : contenu et galeries
   6. Shugo Tenshi Uranai Zukan 守護天使占い図鑑 : livre sur les anges qu'elle a illustré



Le Parfum ♦ 0の奏香師 Zero no Sôkôshi

0 no Sôkôshi
1re impression : 19 juillet 2006
Prépublication : 11 août 2004
Editeur : Hakusensha
Volume : 1
ISBN : 4592187644

Le Parfum
Kaori Yuki collection n°1
1re impression : 23 juillet 2008
Editeur : Tonkam
Volume : 1
EAN : 9782759501670

Ce oneshot a été écrit dans un esprit similaire aux premiers chapitres de Comte Cain, les 3 chapitres sont des petites histoires d'enquête indépendantes. A ceci près que le ton général du manga est beaucoup plus léger que dans Comte Cain. Le premier chapitre a été conçu comme un petit oneshot dont Yuki sensei a donné une suite un an après. L'auteur s'est apparemment trouvé un intérêt pour les parfums et l'a concrétisé en écrivant ces petites histoires, en choisissant une manière d'écrire dont elle est clairement habituée.

Un manga-parfum

Les chapitres nommés à l'origine "scent 1", "scent 2" et "scent 3" ont été traduits par "première note", "deuxième note" et "troisième note", ce qui rappelle tout de suite le principe de composition des parfums avec les notes (ou accords) de tête, de cœur et de fond. Si l'on se réfère à la senteur principale mise en scène dans chaque chapitre, on peut s'amuser à comparer le manga de Kaori Yuki à un parfum composé de rose en note de tête, de lis en note de cœur et de lilas en note de fond.

Remarque sur le titre français

Le titre est intraduisible en français car il s'agit d'un jeu de mot. "Sôkôshi" est un mot composé des kanjis suivants :

  • , "jouer" d'un instrument de musique.
    Il se lit aussi "Kanadé" comme notre héros.
  • , "parfum" (même kanji que dans le prénom "Kaori").
  • Shi, désignant l'expertise, utilisé dans les noms de métier un peu comme en français -eur ou -iste pour parfumeur ou organiste.

"0" (lire "zéro") représente l'état zéro évoqué par Kanade dans le chapitre 1, c'est-à-dire l'état neutre d'un futur parfum, avant l'ajout des essences dans la base d'alcool; cet état ne dégage absolument aucune senteur intéressante puisqu'il ne s'agit encore que d'alcool.

Notons que Yuki sensei a utilisé en français "Parfum Extrait 0" sur quelques-unes de ses illustrations, qui est le titre retenu par l'édition anglophone de Singapour. Pour l'édition française, "Le Parfumeur" ou "L'absolu parfumeur" aurait peut-être été un peu plus proche du titre original que "Le Parfum", qui prête à confusion avec le célèbre roman éponyme de Süskind.



1. Contenu

Edition standard
  • Première note (41p, 2004)  scent 1
  • Deuxième note (70p, 2005)  scent 2
  • Troisième note (52p, 2006)  scent 3



2. Editions japonaise et française


0 no Sôkôshi
Edition deluxe - 164p.
19 juillet 2006
Editeur : Hakusensha
Volume : 1
ISBN : 4592187644
Prix : 650 ¥

Le Parfum
176p.
23 juillet 2008
Editeur : Tonkam
Volume : 1
EAN : 9782759501670
Prix : TK1



L'édition japonaise est une version deluxe, au format de la collection Hana to Yume Comics Special, soit plus grand (A5, 15 x 21 cm) et avec moins de pages (140) qu'un volume classique (environ 190), soigné, avec des pages couleur et plus cher. La jaquette est mat, soyeuse, avec de belles images sur les rabats et le titre est glossy. Comme pour le volume de Vampire Host, à l'intérieur on trouve 3 illustrations couleur réparties sur 4 pages (à regarder de droite à gauche) :

zero-kanade 0noSoukoushi-v01-p0203 0noSoukoushi-v01-p01


Tonkam a conservé dans la VF les 4 pages en couleur du début. L'éditeur n'a par contre pas gardé le format A5 d'origine mais a repris le format classique de ses mangas (prix TK1). J'aimerais souligner que la qualité d'impression des images couleur est nettement moins bonne que dans la version originale, mais c'est toujours beaucoup mieux qu'un rendu en noir et blanc, surtout que Tonkam n'a pas augmenté le prix du manga même avec ces pages spéciales. La couverture est travaillée, satinée avec des décorations et le titre en rouge glossy.
Un échantillon de l'eau de parfum expeau 2, validé par Kaori Yuki elle-même, est inclus dans la première édition du manga. Vous pouvez le vérifier grâce à l'autocollant rose fluo "Un parfum peut en cacher un autre..." apposé sur la couverture. C'est un parfum féminin très sucré.

Le livre est sorti en avant-première à Japan Expo 9 le 3 juillet 2008. A cette occasion, une colonne à parfum avait été disposée au stand Tonkam.



3. Les héros


Saikawa Kanade
Jeune créateur de parfums indépendant de talent et renommé, Kanadé a suivi cette voix grâce à son oncle, Saikawa Kagari, qui était également créateur de parfums et qui l'avait émerveillé avec toutes ses créations qui entouraient les gens d'une telle lueur de joie. Ce choix l'a conduit à refuser l'héritage du dojo de sa grand'mère, et en contrepartie il lui a promis de ne jamais plus utiliser les prises qu'il a pu apprendre au dojo.
Il est capable de reconnaître les odeurs et la composition des parfums qu'il sent à partir de l'état "zéro" (aucune odeur). Cette finesse de l'odorat le fait d'ailleurs détester la foule à cause de la quantité d'odeurs qu'on y trouve. On le voit souvent avec une mallette, son "orgue" à parfums lui permettant de préparer des parfums selon les demandes de ses client(e)s. Lorsqu'il était petit il a promis à Anaïs, et à sa demande, de lui créer un parfum à base de lys blanc pour le jour de son mariage (si ce n'est pas mignon ^^).

Saikawa Anaïs
Note : son prénom pourrait être une référence au parfum Anaïs Anaïs de Cacharel.
Belle blonde aux yeux bleus, cette lycéenne est la cousine de Kanade. Née du premier mariage du mari de la tante de Kanade, elle est de sang français par son père mais a été élevée au Japon. Elle n'a pas de liens de sang avec Kanade. Elle est souvent interpelée dans la rue car elle est très mignonne. Son tempérament de fonceuse contraste avec la discrétion de Kanade, et lorsqu'ils se promènent dans la rue elle se fait régulièrement remarquer, ce qui fait un peu honte à Kanade. Elle a la peau très sensible et développe des allergies aux parfums. Pour remédier à son problème, Lorsqu'elle était petite Kanade lui a offert un bijou en forme de cœur, dans lequel il a placé un coton qu'elle peut imbiber de parfum sans conséquences nuisibles. Elle a comme Kanade appris les arcanes du dojo Saikawa, qui lui sont très utiles pour se débarrasser d'admirateurs trop "collants".



4. Résumé


Chapitre 1 [Hana to Yume Plus, 11 août 2004] - 41 pages

Madame Shikishima, femme de la haute société, demande à Kanade de créer un parfum unique pour sa fille, Tsubomi. Quelques temps après s'être exécuté, étrangement, il va déceler ce parfum sur un homme courant avec un gros bouquet de fleurs à la main. Intrigué, il le surveille plusieurs jours jusqu'à ce qu'Anaïs, son énergique et jolie cousine d'origine française, le pousse à suivre cet homme. Kanade découvre sa destination grâce à l'odeur de roses qu'il dégage et arrive ainsi le premier dans un hangar d'où émane un parfum très prononcé. Il comprend rapidement que les roses servent à masquer une odeur bien lugubre.

[SPOILER] Anaïs arrive à son tour et ils découvrent ensemble le cadavre d'une femme qui s'avère être la mère de Tsubomi ! Celle-ci arrive alors et avoue l'avoir tuée elle-même près du hangar où elle avait surpris Tsubomi et l'homme ensemble, car elle s'opposait à leur relation.

[SPOILER] Epilogue - Kanade explique que l'idée de Tsubomi de masquer l'odeur du cadavre avec des fleurs était futée, mais que, à force d'amasser des fleurs, son odorat a été saturé et elle n'a pas pu juger de la quantité de fleurs à utiliser. Par conséquent, la force du parfum est devenue telle que celui-ci aura sans doute déjà alerté le voisinage au moment où il parle, et des personnes chercheront forcément d'où vient l'odeur de roses. Et découvriront alors le pot aux roses... Troublée et perdue, Tsubomi se résigne et compare sa relation amoureuse au parfum qui, aussi riche soit-il, finit toujours par s'estomper pour ne laisser plus qu'un doux souvenir.

Inspirations pour 'Rose Bud'
Remarque : concernant le parfum qui apparaît dans le chapitre, il semblerait que Kaori Yuki se soit inspirée de deux flacons existants : Shalimar principalement et Nilang pour le bouchon (voir l'image que j'ai montée pour illustrer mon propos). Le parfum a été baptisé "Bara no Tsubomi", ou "Rose Bud" (qui en est la traduction donnée dans le chapitre, "bouton de rose"), en honneur à Tsubomi pour qui il a été spécialement créé.


Chapitre 2 [Hana to Yume Plus, 15 septembre 2005] - 70 pages

Anaïs présente Kanade via un photographe qui s'est intéressé à elle, à Matsuya Kimie dite madame Asura, le nouveau rédacteur en chef d'un petit magazine gothic lolita, "Sorcière", dont elle espère augmenter les ventes en y ajoutant des articles à sensation. Pour le 1er numéro sous sa direction, elle souhaite parler d'une légende urbaine, le "parfum de la mort", et c'est la raison pour laquelle elle a besoin d'un expert en parfums. A ce propos, on peut lire sur internet qu'un parfumeur avait un jour été trahi par son amante et s'était fait voler ses notes sur un nouveau parfum par son rival. Le jour du mariage de son ex-amie et du rival, il leur avait offert un parfum comme s'il leur avait pardonné. Mais ce parfum spécial causa la mort de la fille. A ce jour il circulerait toujours sur le marché noir, présenté comme un objet à offrir en "remerciement" à ses ex...

C'est alors qu'une employée appelle Asura après avoir reçu un exemplaire de ce parfum. Elle l'ouvre au téléphone, et meurt... Lorsque Kanade se rend à son domicile, étrangement il reconnaît l'odeur d'une de ses créations faites à son école en France deux ans plus tôt, "La chute de la fleur" renommée ensuite "Felicia n°8". Il avait gagné un concours à la suite de quoi son parfum avait été commercialisé mais, après quelques rumeurs lugubres, il avait été retiré du marché. C'est en passant au studio d'Asura avec Kanade qu'Anaïs fait tomber par mégarde le sac du photographe, et elle découvre avec horreur plein de photos de Kanade avec dessus des inscriptions morbides. Elle décide alors d'accepter d'être son modèle afin d'enquêter. Mais lorsqu'Anaïs fait savoir à Yamanami le photographe qu'elle a vu les photos, Asura arrive, assomme Yamanami et enlève Anaïs pour attirer Kanade dans un guet-apens et lui faire assister à son immolation.

[GROS SPOILER] On en apprend alors plus sur cette Asura... Il s'agit en fait d'un homme, Kureishi, le rival de Kanade pendant leurs études. Deux ans plus tôt, Kureishi et Kanade travaillaient tous deux sur une création pour un concours. Pendant ce temps la petite amie de Kureishi, Lillian, fit des avances déguisées sous forme de demande d'un parfum de lys à Kanade qui les refusa, en prétextant qu'il avait déjà promis ce parfum à une autre. Mais Kureishi crut à une manipulation et lorsque Kanade remporta le prix, Kureishi fut persuadé qu'il lui avait volé sa propre formule avec l'aide de Lillian avant de la plaquer. Il se débarrassa donc d'elle en la noyant dans une voiture, puis répandit des rumeurs sur "Felicia n°8" pour entacher cette création. Il changea ensuite d'identité en suivant un traitement hormonal pour prendre l'apparence d'une femme. Il prit ensuite l'identité de sa colocataire après son suicide, qui n'était autre que la véritable Matsuya Kimie, nouvellement nommée rédactrice de Sorcière. Et pour satisfaire sa vengeance, Kureishi veut maintenant voir souffrir Kanade face à l'agonie fatale d'Anaïs, qu'il est persuadé être celle qu'il aime et pour qui il a refusé de sortir avec Lillian. Toute cette histoire fait bien rire Anaïs, qui explique que Kanade est trop doué pour avoir besoin de plagier, trop gentil pour imaginer de tels complots et que Kureishi est encore plus bête que lui pour aller si loin...

Vexé, Kureishi s'apprête à tirer sur Anaïs quand Kanade arrive dans le bâtiment et crie pour se faire remarquer. Il fait appel à son sens de l'odorat pour trouver Anaïs dans le dédale de pièces et immobilise Kureishi dès qu'il le voit. Il dévoile alors tel un policier les méfaits de Kureishi : à force d'étudier les formules chimiques plutôt que mettre tout son cœur dans la création de parfums, Kureishi n'était plus un parfumeur mais est devenu un manipulateur de molécules et s'est aussi intéressé aux effets néfastes des parfums et aux poisons. C'est ainsi qu'il a conçu un "parfum" mortel en utilisant une bouteille à double fond, le premier contenant un poison volatile qui s'échappe dès qu'on ouvre le flacon (poison que Kanade a découvert en sentant une odeur d'amande dans la chambre de la défunte, révélant l'existence de cyanide dans l'air) et le second autour contenant le vrai parfum, ici une réplique de "Felicia n°8". Kureishi trouve ironique que Kanade soit devenu si doué et si sûr de lui, alors qu'au début de leurs études c'est Kureishi qui lui apprenait comment faire. Avant de sauter par la fenêtre et disparaître, il reste persuadé que Kanade lui a volé la recette de "Felicia n°8" et jure de continuer ses recherches jusqu'à ce que Kanade admette sa défaite.

Epilogue - Kanade avoue à Anaïs qu'il a voulu être parfumeur pour pouvoir créer des parfums apportant la joie autour d'eux, comme ceux de son oncle à sa mère. A l'évidence, Anaïs aime voir Kanade passionné et est ravie d'avoir pu entendre (par Kureishi) qu'il n'avait pas oublié leur promesse d'enfant. Kanade qui croyait qu'elle avait oublié en est tout étonné... Petit regard espiègle en dernière page... "C'était... une senteur magique et intoxicante, qu'aucun parfumeur ne pourra jamais espérer créer..." (l'amour ? ^^)


Chapitre 3 [Betsuhana 2006 n°7] - 52 pages

Dans un magasin, Kanade tient un stand de démonstration de création et vente de parfums, à la demande de son oncle Kagari. Anaïs lui rend visite avec une amie, Nishizaki Lila, mais lors des présentations Lila se sent mal car elle déteste les parfums et finit par faire un malaise dans le magasin. A l'hôpital, elle explique qu'elle a en fait très peur des parfums. Remarquant qu'ils sont dans le même établissement, elle en profite pour rendre visite à son père, dans le coma depuis 9 ans. Mais sa tante, extravagante et "inondée" de parfum de la tête aux pied, arrive alors et ordonne illico à Lila de disparaître.

Lila explique plus tard à Anaïs et Kanade qu'elle est la cause du décès de sa mère, qui était d'une faible constitution et est morte après l'avoir mise au monde. D'après elle son père lui en a toujours voulu et aurait préféré que ce soit elle qui meure et non sa mère. Kanade lui fait ensuite un peu la morale car sa peur des parfums l'a vexé. Il lui propose de chercher quelle fragance cause tant d'émotions pour soigner sa peur et lui faire à nouveau aimer les parfums. Kanade ne peut tout simplement pas croire qu'on puisse haïr quelque chose qui peut apporter tant de plaisir. ^^

Après avoir fait plusieurs fois le même cauchemar, Lila finit par accepter la proposition. Lorsqu'ils découvrent ensemble que c'est l'odeur du lilas qui déclenche la peur, Lila se souvient...



5. Galerie


Go to the scans gallery


Title pages

Title page Title page Title page




Source

Fuyu no Yo


item rel=nofollow class=browse accesskey=''